évènement

De la Sibérie à la Sorbonne, Jules Legras, professeur et grand voyageur

Colloque organisé en partenariat avec la bibliothèque patrimoniale et d’étude de Dijon

Sous la présidence d’honneur de Monsieur le Maire de Dijon, Président de Dijon Métropole, Monsieur François Rebsamen

Vendredi 8 décembre 2017 14h-18h30

Accueil des participants par Marie-Paule Rolin, directrice de la Bibliothèque municipale et Christine Lamarre présidente de l’Académie

[ Lire la suite ]

Quelle place pour la sculpture dans l’espace urbain?

 

Parmi les pratiques artistiques contemporaines, il n’est pas sûr que la sculpture bénéficie toujours d’un écho digne de sa longue histoire et de sa brillante insertion dans la modernité. Il importe donc de la placer ou de la replacer sur le devant de la scène.

L’Académie de Dijon est d’autant plus fondée à le faire qu’elle mène ses travaux dans une véritable capitale de l’art du ciseau : les grands « imagiers » des ducs Valois à la fin du Moyen Âge, Jean Dubois à l’âge baroque, François Rude au XIXe siècle, plus près de nous François Pompon, sont autant de repères majeurs dans les fastes de la sculpture. Fidèle à son principe d’agir « dans la seule vue du bien public », l’Académie entend toutefois inviter à considérer une forme particulière de sculpture : celle qui s’inscrit dans l’espace urbain et devient ainsi, au meilleur sens du terme, un « art public », offert à la vue et à l’appréciation de tous. C’est donc au croisement de l’esthétique et du civique que la réflexion est encouragée à se situer. Une étude synthétique ou monographique centrée sur cette problématique pourra être soumise au jury, mais il est tout aussi envisageable qu’un artiste particulièrement engagé dans la sculpture monumentale présente tout ou partie de son oeuvre, ou que les promoteurs d’une réalisation récente attirent l’attention sur elle. Dans tous les cas, l’intérêt intrinsèque de la création artistique et la qualité de son insertion dans l’espace public seront les critères principaux de l’évaluation. [ Lire la suite ]

Les Sciences dans la famille Montessus de Ballore du XVIIIème siècle au XXème siècle

Après-midi académique

Commission des sciences

Cet après-midi est consacré à cinq scientifiques d’une même famille dont, fait exceptionnel, trois frères. La famille Bernard de Montessus de Ballore est une très ancienne famille bourguignonne dont les origines remontent au XVème siècle. Nous nous intéresserons aux travaux scientifiques de Fernand, Henry et Robert de Montessus, à ceux de Ferdinand de Montessus, leur grand-oncle, et à ceux du botaniste Philibert Commerson, leur arrière-arrière-grand-père du côté maternel. [ Lire la suite ]

L’édition 2017 des Célébrations est parue

L’Académie de Dijon a mis en ligne les éditions précédentes des Célébrations de Bourgogne 2011, 2012, 2013, 2014 2015 et 2016 que vous pouvez consulter sur ce site (onglet Célébrations de Bourgogne).

L’édition 2017 est parue. Vous pouvez vous procurer un exemplaire au prix de 10 euros au secrétariat de l’Académie qui est ouvert le mardi et le mercredi après-midi. Il peut également vous être envoyé, il vous suffit pour cela d’envoyer votre commande accompagnée d’un chèque de 15 euros,  de l’indication de vos nom et prénom, adresse postale à l’Académie des sciences, arts et belles lettres de Dijon, 5 rue de l’École de Droit 21000 Dijon.

L’Académie dispose d’une édition papier pour chaque année (2011 à 2016). Vous pourrez les acquérir dans les mêmes conditions au prix de 10 euros l’exemplaire.

A travers son histoire, le jeu vidéo peut-il être considéré comme une nouvelle pratique scientifique et culturelle ?

 

Après avoir proposé le sujet qui couronna un citoyen de Genève, quelques années plus tard, notre compagnie couronnait l’abbé Jean-Antoine de La Serre (1722-1781)  pour  sa réponse au sujet : « Quels sont les avantages que les mœurs ont retiré des exercices et des jeux publics chez les différents peuples et dans les différents temps où ils ont été en usage ? ».  Sa réponse fut jugée digne d’être publiée dans l’article « Olympiques » de  l’Encyclopédie ou dictionnaire  raisonné des sciences et des arts, 1780, tome XXXIIl, pages 628-639. L’essai prouvait alors que l’on devait préférer les jeux d’exercices aux jeux sédentaires ; l’auteur, oratorien, disait : «  En mettant sous vos yeux, l’effrayant tableau des inconvénients et des dangers qui sont une suite funeste des amusements sédentaires, je tirerai un rideau sur ces temps »

Notre Compagnie a aujourd’hui choisi d’ouvrir de nouveau ce rideau car les temps ont bien changé et elle propose pour l’année 2017 le sujet suivant :

« A travers son histoire, le jeu vidéo peut-il être considéré comme une nouvelle pratique scientifique et culturelle ? »

Depuis le milieu du 20ème siècle, le jeu vidéo est en croissance continue et fait appel aux technologies les plus modernes, pour sa réalisation interviennent graphistes, musiciens, animateurs, scientifiques divers, programmeurs et des professionnels appartenant à de nouveaux métiers spécifiques. Le revenu annuel du secteur est supérieur à celui du cinéma.

En proposant ce sujet, la Commission des sciences de l’Académie chargée cette année du prix a voulu prolonger la réflexion née de l’exposition Jeu vidéo, l’expo présentée du 22 octobre 2013 au 24 août 2014 à la Cité des Sciences et de l’Industrie.

Les réponses peuvent avoir la forme d’un texte écrit en langue française, de préférence inédit, ou publié depuis moins de deux ans, ou encore d’une réalisation artistique de toute discipline accompagnée d’un document de présentation qui montre en quoi elle répond à la question. [ Lire la suite ]

Colloque Guyton de Morveau

Le colloque se déroulera à l’Hôtel de Grandmont à Dijon

Salle des Actes, 47 rue Crébillon (angle de la rue Monge et de la rue Crébillon)

PROGRAMME

Présidence d’honneur : Monsieur François Rebsamen, Maire de Dijon.

Présidence scientifique : Monsieur Daniel Roche, professeur au Collège de France

Vendredi 18 novembre 14 h-18 h

Daniel ROCHE : Les Académies du XVIIIe siècle face à la science

Eliane LOCHOT : Itinéraires bourguignons de L.-B. Guyton de Morveau

Patrice BRET : Les visiteurs français et étrangers de L.-B. Guyton de Morveau à Dijon.

Marie THÉBAUD-SORGER : Construire localement le progrès des sciences et des techniques :

la souscription de l’aérostat de Dijon

Michel PAUTY : Des Bourguignons et des Irlandais sur la même longueur d’ondes

Michel JANNIN et Michel PAUTY : Ballons en vol et expérimentation scientifique

Samedi 19 novembre : 9 h-12 h

Visite de lexposition consacrée à L.-B. Guyton de Morveau

Edouard BOUYÉ : L.-B. Guyton de Morveau à voix haute

Hugues RICHARD : L’activité d’un avocat général : les plaidoyers de L.-B. Guyton de

Morveau

Gilles POISSONNIER : Construction et déconstruction d’un patrimoine dijonnais

Jean BART : L.-B. Guyton de Morveau et l’unification du droit français

Samedi 19 novembre : 14 h-16 h

Pierre BODINEAU : L.-B. Guyton de Morveau au coeur du pouvoir révolutionnaire, le Comité

de Salut public.

Annie HAÏK : L.-B. Guyton de Morveau, acteur dans la sauvegarde des saisies révolutionnaires

Olivier AZZOLA : L.-B. Guyton de Morveau, directeur de l’École polytechnique de 1798 à

1804

Fabien RORGUE : L.-B. Guyton de Morveau (1737-1816), un mal aimé de l’Histoire ?

Daniel ROCHE : Conclusions du colloque.

 

Journées du Patrimoine : « Quelques pas avec Guyton de Morveau »

L’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon organise, dans le cadre des Journées du Patrimoine, un parcours dans la ville sous la conduite de Chantal Dauvergne intitulé « Quelques pas avec Guyton de Morveau ».

Louis-Bernard Guyton de Morveau est le seul Dijonnais à figurer dans les Commémorations nationales de 2016 pour le bicentenaire de sa mort. Né à Dijon en 1737, il y a vécu jusqu’à son élection de député à la Législative (1791). Il fut Procureur général du roi, Chancelier de l’Académie, le « plus grand chimiste de France », auteur avec Lavoisier du langage moderne de la chimie. Plusieurs lieux de la ville permettent d’évoquer son souvenir: sa maison, l’hôtel de l’Académie (ancien hôtel Despringles, rue Crébillon), les jardins de Saint-Bénigne (envol du ballon de 1784), Saint-Philibert première église dotée d’un paratonnerre, et bien d’autres…

Les parcours-visites, qui permettront d’entrer dans des lieux habituellement fermés à la visite, débuteront le samedi 17 septembre à 10h et 15 h et le dimanche 18 septembre à 10h et 15h devant le portail de Saint-Bénigne tout près du lieu d’envol du ballon de 1784.

Merci de vous inscrire auprès du secrétariat de l’Académie (par courrier 5 rue de l’Ecole de Droit) ou par internet secretariat@acascia-dijon.fr) avant le mercredi 14 septembre.

 

L’édition 2016 des Célébrations de Bourgogne est parue!

 

L’Académie de Dijon met actuellement en ligne les éditions précédentes des Célébrations de Bourgogne 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015 que vous pouvez consulter sur ce site (onglet Célébrations de Bourgogne).

L’édition 2016 est parue. Vous pouvez vous procurer un exemplaire au prix de 10 euros au secrétariat de l’Académie qui est ouvert le mardi et le mercredi après-midi. Il peut également vous être envoyé, il vous suffit pour cela d’envoyer votre commande accompagnée d’un chèque de 15 euros,  de l’indication de vos nom et prénom, adresse postale  l’Académie des sciences, arts et belles lettres de Dijon, 5 rue de l’École de Droit 21000 Dijon.

L’Académie dispose d’une édition papier pour chaque année (2011 à 2015). Vous pourrez les acquérir dans les mêmes conditions au prix de 10 euros l’exemplaire.

La Grande Guerre a-t’elle influencé l’expression artistique ?

Depuis 2014, l’Académie de Dijon évoque chaque trimestre la Grande Guerre à travers des communications très diverses et elle poursuivra cette commémoration jusqu’en 2018. Pour son Prix 2016, elle a souhaité pouvoir couronner un ouvrage récent répondant à la question suivante : « La Grande Guerre a-t’elle influencé l’expression artistique ? ». [ Lire la suite ]

Eugène Naizot (1896-1945) Résistant : de la Mairie de Dijon à Hradisko

Archives municipales de Dijon

Conférence de Jean-François Naizot

Consacrée à son grand-père ingénieur au service des eaux de la Ville de Dijon, résistant de la guerre 1939-1945 et mort en déportation.
Entrée libre