LES CÉLÉBRATIONS DE BOURGOGNE

-1911 ● Naissance de Pierre-André Chombard, ingénieur aéronautique

Né le 29 janvier 1911 au Creusot, Pierre André Chombard, a reçu aux écoles Schneider une excellente formation de dessinateur industriel. Agent technique aéronautique, il fut affecté au contrôle de la fabrication des moteurs d’avions Gnome et Rhône. De 1935 à 1959, ingénieur des travaux aéronautiques, il fournit une explication claire des paradoxes apparents du phénomène gyroscopique pour le compte de la section équipement du Service Technique Aéronautique (STAé). L’horizon artificiel gyroscopique est visualisé sur la planche de bord par la « boule » de Chombard, appareil purement mécanique au fonctionnement autonome. De 1959 à 1978, Chombard fut directeur de la Société française d’équipement pour la navigation aérienne (SFNA). Grâce à ses qualités exceptionnelles de mathématicien, dessinateur, concepteur, il résolut les problèmes techniques des erreurs, aux grandes vitesses, d’un horizon gyroscopique en virage et pour les grands angles de montée ou de descente. Il réalisa son « synthétiseur » qui affiche une combinaison des données d’orientation des trois axes de l’avion, ses vitesses angulaires autour de ses axes, ses écarts de position par rapport à un axe radioélectrique ou à une route et par rapport à une altitude de vol. Ces réalisations, équipant les avions NORD2500, firent l’objet de brevets d’invention au nom de l’État. Après avoir développé les horizons gyroscopiques Alkan-SFENA, de conception purement mécanique et de petites dimensions utilisés comme éléments de secours en cas de panne électrique, il améliora considérablement leur dispositif de recentrage en insérant un couplage entre les mouvements des deux axes des cardans. Ces horizons perfectionnés fabriqués en grand nombre, en France et à l’étranger, équipent beaucoup d’avions (Boeing…) et font l’objet de brevets d’État avec prime à l’inventeur. En collaboration avec la société Jaeger, Chombard a amélioré le dessin des inscriptions portées sur les cadrans des instruments de bord en vue d’éviter tout risque de confusion et cela a débouché sur une norme. Parallèlement à toutes ses activités industrielles, il a été un excellent professeur à l’ESTACA et a publié Les équipements de planeurs et d’avions (Dunod, 1948). Il est décédé à Boulogne-Billancourt le 7 juillet 2005.